Aller au contenu. | Aller à la navigation


Outils personnels

This is SunRain Plone Theme
Vous êtes ici : Accueil / ressources / actualités culturelles

actualités culturelles

Agenda culturel et artistique, rencontres avec des artistes, événements culturels dans la région...

 

Visites couplées LAAC et Frac pour les enseignants de l’académie de Lille 

mercredi 1er février 2017 de 14h30 à 16h30 

Cette visite organisée par les enseignants missionnés des deux structures permettra de découvrir les expositions de la rentrée au regard des nouveaux programmes et sera l’occasion d’aborder des pistes pédagogiques concrètes.
Au cours de cette rencontre seront présentés des outils de visite permettant notamment la mise en avant de la participation orale dans le but de préparer les élèves aux nouvelles épreuves de fin de cycle 4.
Les enseignants peuvent venir accompagnés de leurs enfants pour cette visite, un accueil spécifique leur sera réservé.


Enseignants missionnés du LAAC : Marc Trotignon et Nicolas Declercq
Enseignantes missionnées du Frac : Fanny Rougerie et Carole Darcy

 

au LAAC  

au Frac 

Jean-Michel Meurice, une rétrospective 
Commissaire d’exposition : Victor Vanoosten

 

  Des objets domestiquent 
Commissaire d’exposition : Keren Detton
Michel Vanden Eeckhoudt 
Commissaire d’exposition : Keren Detton

Inscription auprès de Carole Darcy, enseignante missionnée au Frac 


CANOPÉ / Mercredi 12 octobre / de 17h à 19h /
31, rue Pierre Legrand / 59 000 Lille

 


Rencontre avec les trois centres d'art de la région -
H du Siège, Espace Croisé et CRP/
afin de vous présenter les programmes


 


Ângela Ferreira, Photographie 6/7, élément de l’installation Boca, 105 x 70 cm, impression jet d'encre sur baryté numérique, production CRP/, © Ângela FerreiraÂngela Ferreira / Boca / CRP / 59 282 Douchy-les-Mines  
17 septembre  > 20 novembre 2016

Ângela Ferreira s’intéresse à l’histoire sociale et politique des territoires à travers le prisme de l’art et de l’architecture. Elle explore principalement dans ses œuvres, les relations complexes de l’Europe au continent Africain, en réinvestissant des histoires et des références de l’architecture et de l’art moderniste et constructiviste, leur déplacement et adaptation en Afrique noire. Elle revisite ses formes, son langage, traduit ses échecs au travers d’installations composites mêlant photographies, films et sculptures, interrogeant ainsi les utopies en architecture auxquelles il a donné lieu.
Pour le CRP/, prolongeant des projets réalisés sur l’industrie des mines en Afrique et les conséquences sociales et politiques dévastatrices pour ses pays, elle a développé une recherche artistique liée à l’histoire de l’exploitation minière dans la région des Hauts-de-France, à sa disparition et aux traces qu’elle a laissées et manifestations sociales et culturelles auxquelles elle a donné lieu. L’exposition Boca présentera ainsi des sculptures inspirées à la fois des structures en acier des mines de la région et des objets et instruments attachés à l’harmonie de Douchy-les-Mines, combinés à des documents photographiques et souvenirs sonores des harmonies du Nord. Des films seront présentés également dans cette exposition, consacrés à l’harmonie de Douchy-les-Mines qui jouera le 17 septembre, jour du vernissage.
Ângela Ferreira est née au Mozambique où elle a grandit avant de rejoindre l’Afrique du Sud puis le Portugal où elle vit aujourd’hui. Son regard sensible et engagé s’est construit dans un va et vient identitaire entre l’Afrique et le Portugal qui lui permet d’adopter un point de vue double et de nous offrir ainsi une vision jamais univoque de l’histoire et des enjeux contemporains de ces territoires.

Dossier pédagogique rédigé Sarah Michel, chargée de médiation et Bernard Dhenninn professeur d’Arts Plastiques détaché au CRP


Musverre / 59216 Sars-Potteries

Le musée a pour vocation le soutien et la diffusion de l’art contemporain en verre. Il présente la plus importante collection publique française d’œuvres en verre d’artistes internationaux.

Le nouveau musée du Verre à Sars-Poteries ouvrira à l’automne 2016. Il prendra place dans un bâtiment paré de pierre bleue, jouxtant l’atelier du verre.
Cet écrin permettra de mettre en valeur des collections parmi les plus prestigieuses, avec des œuvres qui témoignent de l’histoire industrielle verrière de Sars-Poteries (XIXe et XXe
siècles), tout en faisant la part belle à la création contemporaine internationale.
Offrant 1 000 m2 de surface d’exposition, des espaces dédiés aux activités culturelles et ateliers pédagogiques, le projet de l’agence W-Architectures s’est attaché à inscrire l’édi ce dans son environnement, avec de larges ouvertures sur les paysages arborés et le bocage avesnois.

Découverte en avant première le mercredi 21 septembre pour les enseignants 

Réservation via ce lien  ou par téléphone au 03 59 73 16 30


sharawaggi / Hugo Kostrzewa

Date d'inauguration : 21 septembre 2016, à 18h

RSVP avant le 18 septembre  

Lieu : Lycée Pasteur, Rue des Urbanistes, 59000 Lille

La commande : Les élèves élus au Conseil des délégués pour la vie lycéenne et des élèves de Première L2, en option arts plastiques, au Lycée Pasteur, jugeant la sonnerie de l’établissement ennuyeuse et monotone, ont commandé à un artiste une œuvre qui puisse être un signal « puzzle sonore » suscitant tout à la fois surprise, entrain, poésie et apaisement. Avec cette demande, ils témoignent ainsi de leur ambition de participer à la vie du lycée de manière positive, prenant la responsabilité d’un projet qui rythme le quotidien de tous.
Pour mener à bien ce projet, les commanditaires ont fait appel à artconnexion, structure de production en art contemporain et médiateur agréé par la Fondation de France pour l’action Nouveaux commanditaires*.

L'artiste : Le médiateur propose de faire intervenir Hugo Kostrzewa. L'artiste explore le son en relation avec le goût, les affects et l’intellect. Il fait appel à nos souvenirs, notre imaginaire, comme à notre capacité à nous laisser emporter dans une narration teintée d’histoire collective, de références populaires et de folklore. Dans ses installations et performances, le son et le goût sont travaillés comme des repères familiers et intrigants au service d’un étrange divertissement. Il crée des expériences immersives où le spectateur reçoit l’œuvre dans la singularité et la complexité de sa perception sensorielle.

La réalisation : L’artiste proposé, Hugo Kostrzewa, a créé sharawaggi, un environnement sonore luxuriant, déployant au fil des journées dans les couloirs de l’établissement des combinaisons de sons plus ou moins familiers : évocations sensorielles brutes, bribes de gammes mélodiques exotiques, réminiscences de sons issus de nos outils d’information et de communication actuels... Issue d’une réflexion sur les incidences de l’environnement sonore sur l’homme, l’œuvre interroge l’imaginaire de chacun et offre la possibilité d’une expérience chaque jour renouvelée.


Dépenses / LaBanque / Béthune /
8 octobre 2016 > 26 février 2017

"Le soleil donne sans jamais recevoir" Georges Bataille

Pour cette nouvelle saison, Artois Comm. a invité la commissaire d’exposition et critique d’art Léa Bismuth à concevoir un cycle de trois expositions collectives. Chaque année, un volet de cette trilogie, intitulée La Traversée des inquiétudes, sera présenté à Labanque, d’octobre à février, et ce jusqu’en 2018.

La réflexion a mené Léa Bismuth à proposer une aventure philosophique fondée sur les relations qu’entretiennent les artistes avec l’oeuvre et la pensée de l’écrivain Georges Bataille (1897-1962).

Pour ce premier volet, comme pour les suivants, les artistes investissent l’ensemble des 1500 m2 de ce lieu hors du commun.

Léa Bismuth, dans une logique de création collective et de recherche, s’est adressée à la fine fleur de la scène artistique contemporaine, invitant les artistes à questionner avec elle des textes du célèbre auteur, dont on pourra mesurer ici sa capacité à nourrir la création.

Pour cette première exposition, onze artistes interrogent le concept de « dépense » avec des productions inédites, en regard d’autres artistes contemporains, et d’œuvres plus anciennes dont certaines seront de magnifiques redécouvertes.

La « notion de dépense » est présente dans l’ouvrage philosophique et économique La Part maudite, paru en 1949, dans lequel Georges Bataille étudie une « perte inconditionnelle ». L’économie dont il est question ne dépend plus d’une logique de profit et de consommation, mais d’une considération beaucoup plus large prenant en compte l’énergie du vivant sous toutes ses formes.

Les visiteurs sont invités à se plonger dans la création la plus actuelle et déflorer un pan de l’immense œuvre de l’écrivain parfois mal connue du grand public.

Avec des œuvres en production de Antoine d’Agata, Manon Bellet, Anne-Lise Broyer, Rebecca Digne, mounir fatmi, Kendell Geers, Yannick Haenel, Laurent Pernot, Lionel Sabatté, Gilles Stassart, Agnès Thurnauer.

Et des œuvres en prêt de Clément Cogitore, Marco Godinho, Benoît Huot, Michel Journiac, Pierre Klossowski, Édouard Levé, Victor Man, Ana Mendieta, Eric Rondepierre, Julião Sarmento. 

LE PROGRAMME 


L'odyssée des animaux / Musée de Flandre / Cassel
8 octobre 2016 > 22 janvier 2017

Malgré l’importance capitale des peintres flamands dans l’émergence de l’art animalier, ce sujet n’a jamais fait l’objet d’une étude globale et approfondie. L’exposition sera donc une première. Elle réunira une centaine d’œuvres, dont plusieurs dessins préparatoires, venus d’Europe et de Russie.

Au XVIIe siècle s’affirme dans la peinture flamande un genre bien singulier, l’art animalier.
Les peintres flamands, si sensibles au rendu des matières, excellent dans la représentation plus ou moins fidèle de l’animal. La primeur est donnée au réalisme au détriment du fantastique. Le processus de spécialisation est enclenché : Roelandt Savery, Frans Snijders, Jan Fijt ou encore Paul de Vos comptent parmi les plus grands peintres animaliers.

Les visites proposées par le musée ont été conçues en fonction des programmes de l’Éducation nationale et sont destinées à favoriser la transdisciplinarité (français, histoire-géographie, SVT et arts plastiques).
Il s’agit en premier lieu de permettre une véritable rencontre avec les œuvres d’art en s’immergeant dans les détails des tableaux aux dimensions parfois monumentales (plus de 2m de long pour le
Lion mort de Frans Snyders !).

Les sciences naturelles s’invitent à travers les thèmes de la biodiversité, de la classification animale ou encore de la chaîne alimentaire.
Les œuvres sont aussi replacées dans le contexte de leur création afin de comprendre, à travers leur analyse, les bouleversements scientifiques et les transformations intellectuelles du XVII
e siècle. La fable tient ainsi une place toute particulière comme source d’inspiration.

VISITE-FORMATION SPECIALE ENSEIGNANT mercredi 12 octobre 2016 de 14h30 à 17h
(inscription au 03.59.73.45.59.)

L’Odyssée des Animaux comportera un deuxième volet consacré à la création artistique contemporaine en Belgique (4 mars -9 juillet 2017). 

 


Visites couplées LAAC et Frac pour les enseignants de l’académie de Lille

 

LAAC, Lieu d’Art et Action contemporaine, Jardin de sculptures, 302 avenue des Bordées, Dunkerque / 03 28 29 56 00
Frac Nord - Pas de Calais, 503 Avenue des Bancs de Flandres, Dunkerque / 03 28 65 84 20


le mercredi 12 octobre 2016 de 14h30 à 16h30

Rendez-vous à l’accueil du LAAC à 14h30

Cette visite organisée par les enseignants missionnés des deux structures permettra de découvrir les expositions de la rentrée au regard des nouveaux programmes et sera l’occasion d’aborder des pistes pédagogiques concrètes. Au cours de cette rencontre seront présentés des outils de visite permettant notamment la mise en avant de la participation orale dans le but de préparer les élèves aux nouvelles épreuves de fin de cycle 4.
 

Enseignants missionnés du LAAC : Marc Trotignon et Nicolas Declercq
Enseignantes missionnées du Frac : Fanny Rougerie et Carole Darcy

Inscriptions 


Musée de beaux-arts de Calais / ACTIVITÉS DE GROUPE

Le service des publics du musée des Beaux-Arts de Calais a le plaisir de vous dévoiler sa nouvelle offre de groupe pour la période septembre à décembre  2016.
Vous y retrouverez nos grands classiques de formules de visite ainsi que de nombreuses nouveautés, qu’il nous tarde de vous faire découvrir.
Cette année, face à de très nombreuses demandes, nous avons fait le choix de modifier les conditions de réservation, afin de favoriser la venue d’un maximum d’établissements.
C’est pourquoi, à partir de cette rentrée scolaire 2016, nous limiterons les visites/ateliers à 2 classes par école (hors projets spécifiques). Néanmoins, une liste d’attente sera mise en place et nous redistribuerons les créneaux disponibles entre les écoles en ayant fait la demande.
L’ouverture des réservations se fera à partir du 1er septembre auprès du service des publics, soit par téléphone au 03.21.46.48.40 de 9h à 12h, puis de 14h à 17h, soit par mail.

En partenariat avec le musée Rodin, une exposition didactique est visible au rez-de-chaussée en salle sculpture,  pour découvrir les différentes étapes de la création du Monument des Bourgeois de Calais et les enjeux de la création au XIXème siècle : la question du socle, des matériaux, les différentes échelles, la division du travail, le fragment, l’assemblage, la reproductibilité, les références historiques et la modernité, la représentation de la  figure héroïque et les valeurs qu’elle véhicule.


Miroirs / Louvre Lens / 7 décembre 2016 > 18 septembre 2017

Aujourd'hui d'une grande banalité, le miroir demeure cependant un objet complexe, entre mystère, vérité et illusion.

Attribut de la prudence, signe ultime de vanité conjuguant beauté éphémère et certitude de la mort, les maîtres anciens ont souligné le puissant vecteur d'imagination qu'il véhicule. Outil emblématique de la peinture imitant le réel, il est aussi l'indispensable accessoire du peintre réalisant son autoportrait ou de l'artiste en recherche de points de vue variés sur son sujet.
Parfait imitateur, trompeur, révélateur, objet de réflexion, de mise en abyme, voire de divination, le reflet d'un miroir n'est jamais univoque.

L'exposition propose un parcours en trois étapes mêlant toutes époques du 16e siècle à nos jours. De l'image vérité à l'image trompeuse, les visiteurs sont invités à aiguiser leur regard, à s'interroger sur ce qu'ils voient ou croient voir. À expérimenter l'espace d'un entre-deux que livrent les reflets. À se demander pourquoi le reflet serait moins réel que le sujet reflété. À s'interroger sur le montré et le caché. À plonger finalement, dans les vertiges ordinaires de notre insaisissable monde.


Commissaires : Paul Ripoche, musée du dessin et de l'estampe originale de Gravelines, et Luc Piralla, musée du Louvre-Lens.


L'Histoire commence en Mésopotamie / Louvre Lens
2 novembre 2016 > 23 janvier 2017

La Mésopotamie, le pays entre les deux fleuves situé pour l'essentiel en Irak actuel, est le berceau de l'économie moderne et de l'écriture avec laquelle commence l'histoire. C'est aussi le pays des premières villes et des systèmes politiques et administratifs les plus anciennement connus à ce jour. Si nos villes, notre cadre de vie, nos croyances et notre imaginaire modernes sont bien diff érents de ceux de la Mésopotamie antique, ils n'en sont pas moins les héritiers des « premières fois » fondamentales de la civilisation mésopotamienne.
C'est ce monde à la fois proche et lointain que l'exposition présentera, à travers des oeuvres majeures et des témoins inédits de la Mésopotamie du 3e au 1er millénaire avant J.-C.

Le musée du Louvre entend ainsi montrer l'importance fondamentale de ce patrimoine mondial, connu partiellement grâce à la Bible et redécouvert à partir du 19e siècle lors des fouilles archéologiques, alors qu'il est aujourd'hui menacé par la situation tragique en Irak et au Moyen-Orient.

Commissaire : Ariane Thomas, musée du Louvre.


Charles Le Brun le peintre du Roi-Soleil / Louvre Lens / 18 mai > 28 août 2016

Comme Delacroix pour le Romantisme ou Monet pour l'Impressionnisme, Charles Le Brun incarne à lui seul l'art d'une époque : le Grand Siècle, ce 17e siècle considéré comme un apogée de l'art français, qui rayonne à travers toute l'Europe.

Prodige repéré vers l'âge de 15 ans, Le Brun figure comme un véritable chef d'orchestre des arts sous Louis XIV, dont il fut le premier peintre pendant près de 30 ans. Également directeur de l'Académie royale de peinture et de sculpture et de la Manufacture royale des Gobelins, il est resté célèbre pour le décor de la galerie des Glaces du château de Versailles.

Pourtant, sa longue et riche carrière nous a laissé des œuvres d'une extrême diversité, faisant de Le Brun un artiste d'exception. Il se distingue à la fois par la variété de ses dons, la vivacité de son imagination et son talent d'organisateur. À propos de son style, Le Bernin parlait « d'abondance sans confusion », pour qualifier un art généreux et foisonnant, mais structuré de manière parfaitement lisible.
L'exposition au Louvre-Lens rend hommage au talent éclectique de Le Brun, à travers des peintures aux sujets historiques, mythologiques ou religieux, de grandes sculptures issues du parc de Versailles, de vigoureux dessins, d'immenses tapisseries, du mobilier précieux et de très rares éléments de décor provenant de résidences aristocratiques.

Au total, 235 chefs-d'œuvre sont réunis à Lens, dans une scénographie restituant aussi bien la grandeur du style Louis-Quatorzien que la nature intime des productions tardives de l'artiste. D'autres sont des révélations récentes, comme le Sacrifice de Polyxène découvert à Paris en 2012 dans la suite Coco Chanel, lors de la rénovation de l'hôtel Ritz.

Commissaires : Bénédicte Gady et Nicolas Milovanovic, musée du Louvre.

Dossier pédagogique



Eugène Leroy en miroir / Histoire d'onde, histoire d'eau / MUba / 2 rue Paul Doumer 59200 Tourcoing

En janvier 1927, un jeune homme de 17 ans gratte et dessine à la mine de plomb son autoportrait « dans une vitre », ce dessin dans lequel il y a selon son professeur « une promesse » devient pour cet artiste, Eugène Leroy, la figure initiale, primordiale et fondatrice de l’ensemble de son œuvre.
Au travers de la vitre, dans le reflet d’un miroir, dans le scintillement de la rosée ou de la pluie, la réverbération de la neige, l’irisation d’un marécage, ou l’éclat de la mer, Eugène Leroy n’aura eu de cesse d’essayer de « toucher » cette lumière toujours mouvante et à jamais capricieuse.
L’exposition Eugène Leroy en miroir l Histoires d’ondes, histoires d’eau, pose un regard resserré sur un « écho » thématique dans l’œuvre d’Eugène Leroy. En effet, le reflet, le contre-jour, le miroir sont des éléments constants dans sa recherche de « lumière ».
Eugène Leroy en miroir l Histoires d’ondes, histoires d’eau se veut une déambulation, une promenade sensorielle qui part de la mer, miroir sans limite, en passant par le paysage humide, mouillé, imprégné comme le marécage ou le « delta » du fond du jardin, jusqu’à la fenêtre, la vitre ou le miroir qui paradoxalement par le contre-jour chargent et altèrent l’image de sa figuration.
 
Le miroitement mouvant, le reflet et l’altérité de la vitre sont aussi des composantes de la réflexion d’artistes plus anciens ou actuels. Ainsi l’expérience de la peinture d’Eugène Leroy est augmentée par les œuvres d'Isabelle Arthuis, Anaïs Boudot, Marian Breedveld, Gabriele Chiari, Roel d'Haese, Lionel Estève, Felten-Massinger, Bertrand Gadenne, Angela Grauerholz, Hiroshige, Hevré Jamen, Erwan Maheo, Emilio Lopez-Menchero, Xavier Noiret-Thomé, Antoine Petitprez, Markus Raetz, Sébastien Reuzé, Marc Ronet, Yvan Salomone, Clémence van Lunen.
 
Eugène Leroy en miroir l Histoires d’ondes, histoires d’eau se construit à partir des collections du MUba Eugène Leroy I Tourcoing, et en particulier la Donation Eugène-Jean et Jean-Jacques Leroy enrichie par des prêts exceptionnels d’institutions publiques françaises et étrangères, et de collections privées.
  
L’exposition comporte trois expériences : L’Homme et la mer, Paysages mouillés, la rosée, les marais, et Fenêtre, vitre et miroir.

Dossier pédagogique


Labanque / Mounir Fatmi / Michaël-Andréa Schatt / John Davies / 23 avril > 28 août 2016
44, place Clémenceau 62 400 BÉTHUNE

Située dans l'ancienne Banque de France de Béthune, Labanque, centre de production et de diffusion en arts visuels rouvre après avoir bénéficié d'un important chantier de réhabilitation et de mise aux normes.
Les travaux réalisés à Labanque, conduits par le cabinet d'architecte Sintive (Lille), ont permis de conserver et de valorisier l'histoire et le patrimoine du bâtiment, d'augmenter la surface d'exposition, de créer des aménagements pour les personnes à mobilité réduite, un espace d'accueil, une boutique, une salle pédagogique et un studio d'artiste.

C'est dans ce nouvel écrin que sont présentées trois expositions :
Mounir Fatmi construit des espaces et des jeux de langage. Son travail traite de la désacralisation de l'objet religieux, de la déconstruction, de la fin des dogmes et des idéologies.
Michaëlle-Andréa Schatt développe un travil de peinture riche et complexe induisant des retournements, des inversions, des écarts, des fragmentions d'images. L'ensemble de sa production picturale, ainsi que le travail consacré à la céramique et au textile aborde trois thèmes récurrents : le paysage, le corps et le textile.
John Davies réalise un travail photographique consacré notamment au paysage urbain et rural. Internationalement reconnu pour la lucidité de son regard, l'artiste a été interpellé par nos paysages, marqués par l'histoire minière...

Vernissage le jeudi 21 avril à 18.30


Wild at Art / 3 février > 28 août 2016 / FRAC Nord - Pas de Calais / DUNKERQUE

Cette exposition rassemble des oeuvres picturales des années quatre-vingt de la collection du Frac Nord - Pas de Calais. Le titre Wild at Art  joue sur les sonorités de Art et Heart (coeur).
L'expression Wild at Heart peut se traduire par Sauvage dans l'âme.

«Se rappeler qu’un tableau, avant d’être un cheval de bataille, une femme nue ou une quelconque anecdote, est essentiellement une surface plane recouverte de couleurs en un certain ordre assemblées.»
Maurice Denis (1870-1943) in Art et Critique, 30 août 1890.

Horaires pour les groupes scolaires
en visites libres et gratuites

le jeudi de 12h00 à 18h00 (dernier départ 16h30)
le vendredi de 12h00 à 18h00 (dernier départ 16h30)
gratuité des visites autonomes pour tous les établissements scolaires

Horaires et tarifs pour les groupes scolaires en visites guidées (jusqu’au lycée)
le jeudi de 9h30 à 18h00 (dernier départ 16h30)
le vendredi de 9h30 à 18h00 (dernier départ 16h30)

Tarifs des visites guidées
gratuité pour les scolaires de la Communauté Urbaine de Dunkerque
60 euros pour les scolaires hors CUD

Conditions d’accompagnement pour toutes les visites :
1 accompagnateur pour 7 élèves à partir de la maternelle
1 accompagnateur pour 15 élèves à partir du collège

Horaires et jours d’ouverture pour les publics individuels du mercredi au dimanche de 12h00 à 18h00

Dossier pédagogique

Par l’approche de grandes questions enseignables, ce document pédagogique propose une approche non exhaustive de l’exposition aux enseignants pour les aider dans la construction de leur transposition didactique afin de préparer au mieux leur visite.


Extravaganza / 3 février > 28 août 2016 / FRAC Nord - Pas de Calais / DUNKERQUE

Réservé aux enfants !

Le mot Extravaganza vient de l'anglais et désigne un spectacle de grande ampleur, mêlant théâtre et musique. Par extension, Extravaganza est utilisé pour qualifier un événement particulièrement spectaculaire.

Tout en faisant référence au monde de l’enfance, les oeuvres de l’exposition Extravaganza relèvent davantage du simulacre, et accompagnent un certain vertige, tel que le décrit Roger Caillois dans Les jeux et les hommes. Les artistes exposés utilisent des notions, des comportements et des images se référant au monde de l’enfance pour porter un regard artistique singulier sur le monde actuel des adultes.
Roger Caillois (1913-1978), Les jeux et les hommes, 1958, Gallimard, Paris, 306 pages.

 

 

Dossier pédagogique

Par l’approche de grandes questions enseignables, ce document pédagogique propose une approche non exhaustive de l’exposition aux enseignants pour les aider dans la construction de leur transposition didactique afin de préparer au mieux leur visite.


 

DANSEZ, EMBRASSEZ QUI VOUS VOUDREZ
Fêtes et plaisirs d'amour au siècle de Madame de Pompadour LOUVRE LENS / 5 décembre 2015 > 29 février 2016

Le goût français, le bonheur de vivre, la soif de liberté

Répondant à une soif de liberté et à un assouplissement des moeurs pendant la Régence, ce thème clamait la joie de vivre, les délices de l'amour, l'alchimie des sentiments et le besoin de paraître. Dans le sillage de Watteau, le genre de la Fête galante fut adopté par son élève Jean-Baptiste Pater ainsi que par ses suiveurs Nicolas Lancret, Bonaventure de Bar ou Pierre-Antoine Quillard. D'autres maîtres en proposèrent à leur tour des variations, pastorales chez François Boucher ou délicatement sentimentales chez Louis-Joseph Watteau de Lille.

Le thème fournit aussi un exceptionnel répertoire de sujets aux manufactures de porcelaine, notamment celles de Sèvres. De Meissen à Venise, il connut en Europe un succès non démenti. Peintres, tel Dietrich, Troost ou Gainsborough, sculpteurs, comme Ferdinand Tietz déclinèrent à l'envi tant en peinture, en dessin, qu'en sculpture, ces sujets aimables qui célébraient les sentiments partagés. Les Arts appliqués s'emparèrent aussi de la thématique et s'attachèrent à la multiplier, en rendant hommage à la fois au goût français et au bonheur de vivre.

Programmation en lien avec l’exposition

Dossier pédagogique de l'exposition


Pierre-Yves BOHM, un artiste "sous influences" 
L’être lieu  / 
21 Bd. Carnot CITÉ SCOLAIRE GAMBETTA-CARNOT / ARRAS 

18 janvier > 5 février 2016
Musée des Beaux-Arts / ARRAS
23 janvier > 18 avril 2016

 

À L'être lieu, Pierre-Yves Bohm s'est prêté pendant les trois mois de sa résidence à un travail d'initiation et de création d' "objets-amulettes" avec les étudiants de l'option arts plastiques de la classe préparatoire aux grandes écoles du lycée Gambetta-Carnot.
Ce travail collectif qui s'est developpé "sous son influence" questionne l'intime à travers une production en série. Cette démarche artistique vise à être "au plus près de la charge d'un contenu" dira l'artiste qui présentera tous ces objets secrets dans une installation in situ au cœur de l'espace Bizet.


 

Visites guidées par les élèves médiateurs: Le lundi, mardi, jeudi et vendredi de 18h à 19h. Ouverture exceptionnelle: le samedi 23 janvier de 9h à 12h.

Pas de visite le vendredi 29 janvier.

Présentation des expositions

Autour des expostions


 

LOUVRE-LENS / Gestes et attitudes dans la Galerie du Temps :
Un dossier pédagogique

Lieu unique dans le monde des musées d’art et d’archéologie, la Galerie du temps permet d’appréhender, dans un seul grand espace, toute une part de l’histoire de la création humaine, de l’invention de l’écriture entre Tigre et Euphrate plus de trois millénaires avant notre ère jusqu’au milieu du 19e siècle, en pleine révolution industrielle. S’appuyant sur les collections du Louvre, elle en reflète les richesses. Par ce qu’elle présente comme par ce qu’elle ne présente pas, elle est aussi un témoignage de l’histoire du goût et des musées au cours des deux derniers siècles, des civilisations ou des périodes entières ayant été confiées à d’autres musées. Ainsi, comme le Louvre lui-même, le Louvre-Lens est un musée encyclopédique, mais non universel, centré sur le monde méditerranéen et sur l’Asie occidentale.

La présentation des collections dans une grande galerie, 120 mètres de long par 25 mètres de large, permet une appréhension différente des œuvres par rapport aux autres musées. Par-delà les divisions techniques ou de civilisation, le visiteur peut, au Louvre-Lens, construire son propre parcours, en fonction de ses envies, de ses goûts et de ses passions. Cette liberté apporte aussi beaucoup aux enseignants et aux classes. En effet, il est ainsi très facilement possible de concevoir sa propre visite, en fonction du projet de la classe.

C’est dans ce but que les équipes du Louvre-Lens ont conçu ce dossier pédagogique, support offert à l’enseignant pour préparer sa visite, mais aussi pour la prolonger et la poursuivre avec sa classe, afin que la venue au Louvre-Lens ne soit pas une simple récréation, mais un élément que nous espérons fruc- tueux du parcours de la classe.

Xavier Dectot, directeur du musée du Louvre-Lens 


Musée de l’hôtel Sandelin / Curiosités en éveil... Hervé Robillard, une vision à l'œuvre /
7 octobre 2015 > 15 janvier 2016
14 rue Carnot 62500 Saint-Omer

Les musées de Saint-Omer ouvrent leur porte à l’artiste Hervé Robillard. En résidence de création au printemps 2015, il présentera son cabinet de curiosité, son regard décalé sur les œuvres conservées en réserves et habituellement cachées au regard du visiteur. En contrepoint à cette exposition, un accrochage temporaire d’œuvres préexistantes de l’artiste sera proposé à l’École d’art de Saint-Omer.
Originaire du Nord-Pas de Calais, Hervé Robillard est un artiste photographe, qui séjourne depuis 1998 entre la France et l’Asie. Fasciné par ce continent et ses philosophies, il puise notamment son inspiration dans un ouvrage de l’auteur japonais Junichirô Tanizaki intitulé Eloge de l’ombre. Cet essai sur l’esthétique japonaise de la pénombre, en opposition à celle de la clarté occidentale, offre une belle comparaison qui invite à la réflexion.
A travers ses créations photographiques, toujours sous forme de tirages argentiques traditionnels en noir et blanc et dans un format carré, Hervé Robillard transfigure avec poésie les objets en jouant sur la matière et la lumière...

Dossier pédagogogique
Réalisé par l'équipe du musée, de l'école d'art de Saint-Omer et Gaëtane Lheureux, enseignante détachée auprès du musée de Saint-Omer.

Les musées de Saint-Omer mettent à votre disposition des documents pour préparer ou accompagner votre visite.

 

 


Kimi, 2015, Tirage jet d’encre, 30 x 42 cm (avec cadre). Courtesy de l’artiste, © Éric Nehr. Bouton d'or / Eric NEHR / CRP / 59282 Douchy-les-Mines   
19 septembre > 22 novembre 2015

́Eric Nehr développe depuis la fin des années 90 une recherche photographique autour du portrait, explorant la notion d’altérité et de beauté dans nos sociétés.

Il choisit pour cela des modèles de femmes et d’hommes présentant des particularités physiques qu’il photographie en studio sur fonds colorés en buste. Il les révèle dans leur singularité à travers un travail précis sur la lumière et sur la couleur nous amenant ainsi à porter un regard différent sur ses modèles.

Il y a dans l’œuvre photographique de cet artiste une dimension fortement picturale, et l’histoire de l’art irrigue ses différentes séries de portraits, notamment l’art de la Renaissance et ses maîtres anciens qu’il a longuement observés et admirés. .../...
Une série de portraits photographiques présentée sous cadre dans la seconde salle fait écho à cette série sur papier. Il s’agit de tirages sous- exposés très noirs dits miroirs qui apparaissent comme des monochromes où l’image ne se donne pas d’emblée mais devant laquelle il faut se mouvoir pour la visualiser. L’artiste a souhaité à travers ce traitement particulier, redonner à ses modèles leur couleur noire qui aurait dû être la leur s’ils ne souffraient pas de cette maladie et ainsi gommer ce déterminisme. Il souhaite également créer les conditions d’une rencontre parfois douloureuse pour le spectateur, l’interpeller en le renvoyant à lui-même dans la perception de ces visages qui portent les marques du temps, celui accéléré de la maladie, agissant alors comme des « memento mori ».


Paradis perdu / FRAC Nord-Pas de Calais / 26 septembre 2015 > 3 janvier 2016
503, avenue des Bancs de Flandres, 59140 Dunkerque

Interrelation entre des œuvres d’art contemporaines et l’œuvre de John Milton, Le Paradis perdu (1667).

Richard Leydier, commissaire d’exposition, a pensé cette nouvelle présentation d’œuvres du Frac Nord - Pas de Calais dans un dialogue avec le célèbre poème épique de John Milton du XVIIe siècle. Des citations ont été extraites du livre pour être mises en relation avec les œuvres contemporaines. À cette sélection viennent s’ajouter des tapisseries et des céramiques de Guidette Carbonell et l’œuvre My Home is a Castle II d’Alain Declercq.
À travers cette exposition, Richard Leydier « joue » avec les œuvres afin de les réactualiser. Une véritable mutation s’opère alors, le commissaire devient en quelque sorte auteur en donnant sa propre vison des œuvres afin de dépasser leur sens initial. 

IMAGE - DISCOURS   Des relations se tissent entre des médiums et des registres différents par le biais de citations extraites d’un même texte. Au-delà la dimension formelle des œuvres, chacun des dialogues en renouvelle le sens. 

AUTEUR - COMMISSAIRE - SPECTATEUR  Quand les choix du commissaire interfèrent avec l’intention de l’artiste et influencent l’interprétation du spectateur.

MODÈLE Influence des textes et des images rémanentes du passé dans notre manière de percevoir le monde actuel. 
Mots-clés : anachronisme, continuité, rupture, passage, télescopage, réactualisation, dialogue, sacralisation, désacralisation, réalité, fiction, parangon. 

Document pédagogique à destination des enseignants 

Réalisé par Alexandra Déplanque et Carole Darcy enseignantes missionnées au Frac Nord - Pas de Calais. 


LaM - Lille Métropole Musée d'art moderne, d'art contemporain et d'art brut /Villeneuve d'Ascq

Brochure scolaire 2015-2016

Toutes les informations sur les expositions, les visites, les ateliers, les tarifs...

Les expositions à venir 
Là où commence le jour... 2 octobre 2015 > 10 janvier 2016
Objet, corps, mythologie, énergie et cosmos : les cinq mots clés de l'exposition.

L'exposition adopte la forme d'un voyage initiatique ayant pour thème l'émancipation de l'individu par la (re)connaissance du monde qui l'entoure.
Le visiteur est alors entraîné, de salle en salle, dans un cheminement poétique où sont interrogés ses rapports au temps, à l'espace, aux éléments, aux émotions et au savoir.
Les 150 oeuvres de l'exposition ont ainsi toutes été choisies pour leur pouvoir évocateur à l'intérieur de ce récit.
Au-delà de quelques œuvres de références datant de l’époque de la Renaissance (Lucas Cranach et Albert Dürer), les explorations artistiques des années 1960-70 comme celles de Dieter Appelt, Alighiero Boetti, Chris Burden, James Lee Byars, Yves Klein, Gina Pane ou Bill Viola seront confrontées aux expérimentations plastiques de jeunes artistes actuels comme Jeppe Hein, Fabrice Samyn, Ismaïl Bahri, Mircea Cantor, Lionel Estève, Laurent Grasso, Yazid Oulab, Laurent Pernot ou Sue-Mei Tse.

Dossier pédagogique
réalisé par Mylène Bilot et Stéphanie Jolivet, enseignantes missionnées au LaM. 


Amedeo Modigliani, une rétrospective / 22 février 2015 > 5 juin 2016

Peintre et sculpteur italien, Modigliani connut une carrière tout à la fois brève et féconde. Le musée conserve l’une des plus belles collections publiques françaises du célèbre artiste de Montparnasse : pas moins de 6 peintures, 8 dessins et une rare sculpture en marbre réunis par Roger Dutilleul et Jean Masurel, fondateurs de la collection d’art moderne du LaM. Collectionneur passionné, Roger Dutilleul croise la route de Modigliani en 1918, moins de deux ans avant la mort prématurée de l’artiste. Autour de cette rencontre, le LaM orchestre une exposition événement qui réunira ce fonds exceptionnel et de nombreux prêts inédits. 
Réservez dès maintenant votre visite guidée au +33 (0)3 20 19 68 88/85    


RENAISSANCE / LILLE 3000 / EUROMÉTROPOLE
26 septembre 2015 > 17 janvier 2016

Renaissance, la prochaine édition de lille3000, se déploiera à Lille et dans 75 communes de l’eurométropole ! au cours de ces 4 mois, les expositions et événements seront le reflet positif et dynamique de cette nouvelle époque que nous vivons.

Nouveaux modèles et façons de vivre ensemble, villes en effervescence (Rio, Détroit, Eindhoven, Séoul et Phnom Penh), Do it Yourself, expositions, fêtes, débats, spectacles, métamorphoses, ferme urbaine... Plongez dans un monde en pleine renaissance !
 

Dossier pédagogique réalisé par Godeleine Vanhersel    

"Renaissance. Tel est le thème choisi cette année pour la 4ème édition de lille3000 qui présentera de nombreuses expositions à Lille et en métropole. Le mot est riche de multiples significations. Il désigne, en histoire et plus particulièrement en histoire des arts, une période intercalée entre le Moyen Âge, dont elle est issue, et les temps modernes qui débutent au XVème siècle. ce mouvement culturel qu’est la Renaissance est fondé sur un intérêt renouvelé pour les modèles de l’An- tiquité. Les penseurs et les créateurs de ce temps donnaient une importance certaine à la réalité, d’où la curiosité pour l’anatomie, la perspective et plus généralement pour les sciences. L’invention de l’imprimerie a favorisé une diffusion plus rapide des idées et a contribué à modifier les modes de représentation du monde. La période actuelle partage avec la Renaissance l’apparition de nouveaux moyens de diffusion de l’information. L’accélération considérable des échanges, tant concrets qu’immatériels, a engendré une nouvelle vision de l’univers qui semble aujourd’hui plus petit – étant donné la rapidité des moyens de communication – qu’à l’époque de Léonard de Vinci... "

Dossier enseignants

Lettre d'informations aux enseignants


50° Nord / Agenda de rentrée

Créé en 1997 par de petites et moyennes associations, le réseau 50° nord fédère aujourd’hui sur le territoire eurorégional plus de 30 structures professionnelles de production, de diffusion et de formation supérieure de l’art contemporain. Galeries associatives, centres d’art, structures nomades, associations d’artistes, musées, le Frac, établissements de formation… développent des projets artistiques dans des contextes très divers. Ces lieux mènent des actions complémentaires et témoignent de la richesse de la création contemporaine dans la région. Plate-forme professionnelle, catalyseur d’énergies et de projets fédérateurs, 50° nord œuvre au rayonnement et à la mise en réseau de ses membres, ainsi qu’à la valorisation de la scène artistique régionale et à la diffusion de l’art contemporain pour le plus grand nombre.

Le réseau 50° nord est l’un des premiers réseaux régionaux d’art contemporain créés en France. Les actions transversales de mutualisation et d’expression d’un territoire constituent une nouvelle manière, dorénavant essentielle, de dessiner la cartographie culturelle et de concevoir les projets artistiques. C’est dans cette optique qu'a été créé 50° nord revue d’art contemporain.


Louvre-Lens / ÉDUCATION

  • Programme des expositions 2015-2016 
  • Programmation des visites accompagnées, ateliers et visites-ateliers 
  • Modalités de visite, conditions de réservation et tarifs
  • Programmation jeune public La Scène 2015-2016 
  • Programmation Centre de ressources 2015-2016 
  • Informations pratiques 

Métamorphoses / Musée du Louvre-Lens / 1er juillet 2015 > 21 mars 2016

Les Métamorphoses sont un long poème épique composé au tout début de notre ère. Ovide y raconte le monde gréco-romain, de ses origines jusqu’à l’époque de l’empereur Auguste, son contemporain. Grâce à des histoires merveilleuses sur les métamorphoses de dieux, de héros ou de simples mortels, il décrit la beauté de la nature et la géographie du monde méditerranéen. Au Louvre-Lens, la nouvelle exposition du Pavillon de verre met en scène ces Métamorphoses, formidable source d’inspira- tion pour les artistes depuis l’Antiquité. Bronzes du 1er siècle, peintures de Van Dyck et Delacroix, sculptures de Carpeaux et Rodin, mais aussi mobilier, objets d’art ou encore livre illustré par Picasso : une trentaine d’œuvres issues des musées du Nord-Pas de Calais sont ainsi réunies. Elles offrent une plongée fascinante dans l’univers du beau Narcisse, de la sombre Médée ou encore de l’intrépide Icare.
Pour poursuivre la découverte des mythes ovidiens, les visiteurs ont la possibilité d’intervenir sur un dispositif interactif afin de créer de manière collective une toile d’Arachné, en perpétuelle métamorphose.

Commissaires : Bruno Gaudichon, conservateur en chef du musée d’art et d’industrie André Diligent-La Piscine, Roubaix et Luc Piralla-Heng Vong, chef du service conservation du musée du Louvre-Lens. 


 

Marc Chagall (d'après), Yvette Cauquil-Prince, maître d'oeuvre, Le gant noir, 2004, Coll. part. (c) ADAGP Paris, 2015 l Photo : Archives Cauquil-Prince, ParisChagall : De la palette au métier / MUba Eugène Leroy / Tourcoing

24 octobre 2015 > 31 janvier 2016

A l’occasion du 30e anniversaire de la mort de Chagall, le MUba Eugène Leroy l Tourcoing présente la première exposition d'un pan moins connu de la production de l’artiste : l’œuvre tissée.

A la recherche d’authenticité dans la couleur et la matière, l’imaginaire de Chagall a exploré tous les registres de la création plastique. La puissance expressive de son œuvre, habité par un sens inné de la composition et une profonde liberté narrative, s’est remarquablement adaptée à une grande diversité de langages artistiques et d’échelles d’exécution.
En 1962, le gouvernement israélien lui commande une décoration pour le hall de la Knesset. Chagall conçoit alors le triptyque d’une tenture monumentale, qui sera tissée par la Manufacture des Gobelins, ainsi qu’un ensemble de mosaïques destinées aux murs et au sol dudit Parlement. En 1964, il fait la connaissance d’Yvette Cauquil-Prince, qui avait ouvert à Paris, en 1959, un atelier de tissage rue Saint-Denis, puis l’avait transféré, en 1962, rue des Blancs-Manteaux. Son habilité à traduire les compositions de Chagall en respectant les valeurs chromatiques de la palette originale séduit rapidement l’artiste. Yvette Cauquil-Prince devient alors son maître d’oeuvre et réalisera toutes ses autres tapisseries, à l’exception de la pièce créée, en 1973, pour l’entrée du musée national Marc-Chagall, à Nice, dont l’exécution sera confiée aux Gobelins.

Cet aspect de l’œuvre tissé de Chagall reste encore largement méconnu du grand public. L’exposition offre un panorama des principales thématiques de l’œuvre de Chagall valorisant la collaboration de l’artiste avec le maitre d’œuvre Yvette Cauquil-Prince (1965-1985) ou encore avec la Manufacture des Gobelins (1968-1973). Elle confronte un ensemble de tapisseries réalisées par Yvette Cauquil-Prince auxlithographies et aux peintures de Chagall qui ont servi de modèles au maître d’œuvre. Une évocation du travail effectué auprès de la Manufacture des Gobelins sera également représentée par deux tapisseries, l’une réalisée par Marc Chagall pour la Knesset, l’autre pour le musée national du Message Biblique Marc Chagall de Nice, ainsi que des œuvres originales de l’artiste...

Dossier pédagogique


Chagall : Les Sources de la Musique / La Piscine / Musée d'art et d'industrie André Diligent / Roubaix / 24 octobre 2015 > 31 janvier 2016

La musique est un thème qui s’impose fortement dans l’œuvre de Chagall, tant dans les éléments qui constituent son univers plastique que dans les différentes étapes de la construction de son identité artistique.
L’exposition est pensée comme le troisième volet d’un hommage inédit à Chagall que le musée de Roubaix a inauguré en 2007 (la céramique) et poursuivi en 2013 (le volume). Ce nouveau projet est construit en partenariat avec le Musée de la Musique – Philharmonie de Paris et s’articule donc en deux parties qui seront présentées simultanément, à Paris et Roubaix.

Le volet roubaisien s’intitule Les Sources de la Musique, en référence à l’un des deux grands panneaux décoratifs conçus par Chagall en 1967 pour le Metropolitan Opera du Lincoln Art Center à New York.
Le parcours, s’intéresse évidemment aux origines de la part de la musique dans l’inspiration et la construction de l’oeuvre de Chagall. Empruntant plus de 200 œuvres (peintures, dessins, gravures, céramiques, vitraux…) à de grandes collections publiques et privées, françaises et internationales,


Le Fresnoy / Studio national des arts contemporains / Tourcoing

PANORAMA 17 - Techniquement douce / 19 septembre > 13 décembre 2015

L’exposition Panorama présente tous les ans les œuvres réalisées par les jeunes artistes qui suivent la formation du Fresnoy, mais aussi par les artistes professeurs invités. Basé à Tourcoing, Le Fresnoy - Studio national des arts contemporains est une école artistique audiovisuelle de haut niveau qui propose un cursus en deux ans. Cin- quante-quatre artistes venus du monde entier seront présentés lors de ce dix-septième panorama de la création contemporaine, l’occasion de découvrir des créations inédites ancrées dans le monde d’aujourd’hui, des œuvres innovantes, intégrant les outils de la création numérique et du multimédia.

« Les travaux, films ou installations, des étudiants, cette année, s’interrogent dans leur majorité sur les rapports du corps et de la technique. Regardant vers un passé encore proche, ou un futur complexe, des daguerréotypes et de la peinture à la cuve jusqu’aux aux soft robots (les nouvelles technologies accélèrent aussi les échanges entre les langues ...) et aux différents procédés d’images en relief, les étudiants des promotions Alain Resnais et Bill Viola posent, tous ou presque, la question, et rêvent à la douceur — et parfois à la dureté — de la technique, ou des techniques, que Le Fresnoy leur a donné la liberté d’expérimenter.» Didier Semin

Commissaire Didier Semin / Scénographe Valérie Grall 

Dossier pédagogique

Visites enseignants

Mercredi 23 septembre 2015 à 14h30 Samedi 26 septembre 2015 à 14h30
Durant cette visite, les enseignants découvriront les œuvres et pourront se renseigner sur les propositions pédagogiques et activités en relation avec l’exposition.
Réservation par mail   (Merci d’indiquer votre établissement scolaire et la matière enseignée) 


 

Le Fresnoy / Studio national des arts contemporains / Tourcoing
Programme des activités scolaires 2015-2016

Basé à Tourcoing, Le Fresnoy - Studio national des arts contemporains est une école artistique audiovisuelle de haut niveau qui propose un cursus en deux ans durant lequel les étudiants doivent réaliser un projet artistique chaque année.
Les étudiants sont de jeunes artistes en provenance de tous les horizons de la création (arts plastiques, cinéma, photographie, vidéo, architecture, musique, spectacle vivant, etc...), de toutes les filières de formation et de toutes les nationalités qui souhaitent affûter leurs connaissances et leur savoir-faire en réalisant des projets susceptibles d’inaugurer leur carrière professionnelle. La vocation du Fresnoy est de permettre l’émergence d’œuvres innovantes, notamment celles intégrant les outils de la création numérique et du multimédia. Les réalisations sont très variées, et reflètent la diversité des cultures de leurs auteurs, ainsi que leurs préoccupations sociales, politiques, économiques ou écologiques. Elles sont présentées tous les ans au sein d’une grande exposition intitulée Panorama.

En parallèle de cette activité de création et de production, Le Fresnoy propose tout au long de l’année de nombreuses activités à destination du public, et notamment des groupes scolaires. Il présente deux expositions par an, dont Panorama, mais aussi des conférences, rencontres, workshops...
Le Fresnoy dispose également de deux salles de cinéma art et essai et accueille tout au long de l’année, en plus de sa programmation habituelle, les classes inscrites aux dispositifs Ecole et cinéma, Collège au cinéma, Apprentis et lycéens au cinéma.

En tant qu’école d’art, Le Fresnoy a la chance de bénéficier de la présence de nombreux jeunes artistes sur place. Ceux-ci participent activement à la vie du lieu et aux activités à destination du jeune public et animent la plupart des ateliers proposés au Fresnoy.

 


Annette Messager / DessusDessous / Calais / Musée des beaux-arts & Cité de la dentelle et de la mode / 17 octobre 2015 > 15 mai 2016 

Le musée des beaux-arts et la Cité de la dentelle et de la mode de Calais ont proposé à l'artiste Annette Messager d’investir leurs espaces. Pour la première fois depuis l'ouverture de la Cité de la dentelle et de la mode en 2009, est organisée une résidence artistique qui marque l'intérêt des deux établissements pour la création, et les liens opérés depuis longtemps entre art et mode, artisanat et industrie, création et patrimoine, savoir et savoir faire, transmission et geste. « Dessus Dessous », c’est aussi l’exposition d’une histoire : celle des relations de l’artiste avec ses œuvres plus anciennes et la ville de Calais.

14 œuvres et installations, inédites en France pour la plupart et créées pour l’occasion, monumentales ou plus intimistes, sont présentées dans les espaces temporaires du musée des beaux-arts et dans les espaces permanents de la Cité de la dentelle et de la mode. Des œuvres où il est question d’odyssée, de déplacements, de Rodin mais aussi de mode, de couturières, de collants et de soutiens - gorge. Dessus Dessous, c’est une exposition exceptionnelle que l’artiste offre à Calais, ville qui l’a accueillie il y a déjà plus de trente ans et dont elle ne cesse de s’émerveiller devant la fabrication de la dentelle : " Ces petits morceaux de tulle ou de dentelle, si légers, si délicats, si sophistiqués, sortent magiquement du ventre d'énormes machines vibrantes et bruyantes, un mystérieux enchantement ! "... 

 


Présentation de l’offre partenariale : collèges / lycée
Le10 juin 2015... De 14h à 16h
Condition d’accueil des œuvres / Le musée s’invite chez vous.

 

la lettre du MUBA / mai 2015

 


 

La Flandre et la Mer / Musée de Flandre / Cassel
4 avril > 12 juillet 2015

En Flandre, la mer est synonyme de richesse et de prospérité. Mais pourquoi et comment le genre pictural de la marine naît-il en Flandre au XVIe siècle et sous quelles impulsions ? 

L’exposition propose de s’interroger sur les liens particuliers que la Flandre a tissé avec ce territoire à la fois magique et tragique qu’est la mer.
La mer est omniprésente dans la vie des flamands à travers un territoire largement tourné vers celle-ci (ports, pêche, commerce, voyages d’explorations) mais aussi grâce à un héritage culturel et religieux au sein duquel la mer tient une place importance. La mer n’est-elle pas un espace disputé à dieu par le diable mais aussi un espace aux dimensions inimaginables qui révèle la petitesse des hommes ?

L’histoire mouvementée des territoires du nord marqués par les tensions confessionnelles entre catholiques et protestants a en outre donnée naissance à deux écoles artistiques aux univers picturaux très différents : l’école flamande et l’école hollandaise. 

Les différentes significations et symboles véhiculés par la représentation de la mer ont largement alimenté l’imaginaire des artistes flamands, eux-mêmes grands voyageurs. L’héritage fort des grands maîtres flamands mais aussi la rencontre de certains artistes du XVIe et XVIIe siècle avec l’Italie va forger un univers plastique propre aux flamands qui nous renseigne d’une manière indirecte sur la perception de toute une époque. 

 

Dossier pédagogique

Journée de formation pour les enseignants le mercredi 8 avril de 14.30 à 17.00.


FICCIONARIO / SEBASTIAN DIAZ MORALES / LE FRESNOY / TOURCOING / 13 février > 26 avril 2015

Né en 1975 à Comodoro Rivadavia en Argentine, Sebastian Diaz Morales réalise des œuvres de différents genres : le documentaire, le film épique, la narration, le film d’essai, le court métrage, les installations. Son travail se meut entre une passion de l’investigation documentaire qui provient peut-être en partie de la nature spectaculaire de son pays, la Patagonie, et un talent surprenant pour une narration fantastique, parfois ironique, teinté de scepticisme, et, en même temps immergée dans des aspirations utopiques. Ses vidéos oscillent souvent entre la réalité et la fiction prenant des formes narratives empruntées quelquefois à la science-fiction.

Son univers personnel, voire intime, nourrit discrètement ses œuvres qui touchent à l’universel par leur profondeur et leur temporalité ou intemporalité. Son regard intense et vif sur le monde qui l’entoure dessine une trace imagi- naire indéfinissable, un fil conducteur qui nous entraîne et nous échappe. Vagabondage poétique qui irait en littérature de Saul Bellow à John Updike en passant par Schlink et Borges.

Influencé par l’avant-garde cinématographique latino-américaine, le documentaire et par les films d’art, il a développé un style reconnaissable, ses œuvres développent en effet une touche indéniable de poésie. Comme les membres de cette nouvelle génération d’artistes latino-américains, Sebastian Diaz Morales utilise le langage du cinéma jouant constamment sur les possibilités ouvertes par le numérique qui dissèque et recompose les images de ses films et de ses installations.

Sebastian Diaz Morales partage son temps entre l’Argentine et Amsterdam, il a étudié à la Rijksakademie, ainsi qu’au Fresnoy.

Directrice artistique de l’exposition : Caroline Bourgeois / Scénographe : Christophe Boulanger

Dossier pédagogique

Les ateliers proposés pour les classes de 4ème, 3ème et lycée

Visites enseignants et professionnels des secteurs socio-éducatifs

Samedi 14 février 2015 à 14h30 Mercredi 18 février 2015 à 14h30                                                                                                     

Durant cette visite, les enseignants et les accompagnateurs découvriront les œuvres et pourront se renseigner sur les propositions pédagogiques et activités en relation avec l’exposition. Réservation par mail


MICHEL VANDEN EEKHOUDT/ SUR LA LIGNE / CRP/ CONSEIL RÉGIONAL DU NORD-PAS-DE-CALAIS / LILLE
9 février > 23 février 2015 

Conseil Régional Nord – Pas-de-Calais 151, avenue du Président Hoover 59000 Lille

Mission Photographique Transmanche, n° 17, photographies issues de la collection du CRP

«Au moment où disparaissent les barrières douanières, il semblait intéressant de porter le regard sur cette frontière extrêmement artificielle entre la France et la Belgique, qui ne s’appuie sur aucun élément naturel, que ce soit un fleuve ou une montagne... Cette zone frontalière comporte du côté belge comme du côté français des continuités de paysage, de lumière, d’architecture. Elle a été le théâtre partagé des conflits répétés de l’histoire. Les activités économiques, avec en particulier la révolution industrielle autour d’un bassin minier qui va de Liège à Béthune, les ensembles linguistiques ont tissé d’autres solidarités de part et d’autre. Pourtant malgré ces contiguïtés, les ruptures d’ordre culturel, les registres changeants de la palette des couleurs ou encore la disparité de l’habitat, frappent l’observateur.
Autour de la ligne de la frontière, s’est aussi forgé, au fil du temps, un espace particulier marqué par la circulation des hommes et les projections men- tales. La préoccupation de Michel Vanden Eeckhoudt pour ce type de lieux troublants et révélateurs a incité le Centre Régional de la Photographie à le solliciter.
Sa réponse, teintée d’un style fait d’ironie et de compassion, transfigure en métaphore cette investigation du réel transfrontalier».

Pierre Devin in Sur la ligne, collection « Mission Photographique Transmanche », n° 17, CRP, Douchy-les-Mines, 1994.

 A l'occasion de l'exposition "Sur la ligne", consacrée au travail mené par Michel Vanden Eeckhoudt dans le cadre des Missions photographiques transmanches, qui se tiendra au Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais du 9 au 23 février 2015, (vernissage le lundi 9 février à 18h), l'équipe du CRP a le plaisir de vous proposer une rencontre / formation :
Mercredi 11 février, de 14h à 16h
Conseil régional du Nord-Pas-de-Calais
151 Avenue du Président Hoover, 59800 Lille.


Travailleur 1, 2013, impression pigmentaire sur papier RC, 50 x 51 cm, courtesy galerie Anne Barrault, Paris.MANUELA MARQUES / BACKSTAGE / CRP / DOUCHY-LES-MINES  
5 décembre 2014 > 15 février 2015

Manuela Marques développe un travail centré sur la question de l'image et des processus afférents. Il s'agit essentiellement de l'image reproductible associée à la pratique de la photographie mais aussi de la vidéo. Ces deux médias conservent une relation étroite avec son référent, qui est toujours porteuse, chez Manuela Marques, d'une construction. Comme tels, ses travaux, bien qu'ils documentent des réalités déterminées, imputables aujourd'hui à un champ davantage social et anthropologique que psychologique, ne les présentent pas pour autant comme des entités évidentes. Au contraire, chaque réalité représentée qui résulte de choix déterminés, de cadrages, de perspectives et d'autres procédés comporte des niveaux d'ambiguïtés et d'étrangeté qui en perturbent la compréhension, rappelant que l'expérience avec le réel est toujours une rencontre manquée.

L'exposition «Backstage» reprend ces mêmes préoccupations à travers une sélection de photographies et de vidéos réalisées, pour la majeure partie des œuvres présentées, à Ahmedabad, la plus grande métropole de l'État du Gujarat en Inde. Tout comme son précédent projet réalisé à São Paulo (dont quelques œuvres seront également exposées au CRP), la ville constitue le référent central, même si, à la différence du travail brésilien, les perspectives utilisées sont majoritairement frontales et rapprochées. Il est question de regards directs qui contredisent cependant leurs propres effets de linéarité, nous restituant des séquences du quotidien de Ahmedabad qui dépendent autant de son histoire, de ses us et coutumes et des gens, que de la façon dont elles s'en éloignent et reconfigurent visuellement, dans les deux cas, la vie de cette ville...

Présentation de l'exposition aux enseignants le mercredi 10 décembre

Un dossier pédagogique est destiné aux enseignants du primaire et du secondaire.

Il est mis à la disposition des enseignants pour :

  • définir un travail pédagogique qui leur permet de mener un travail d’éducation à l’image avec le CRP
  • avoir un aperçu plus approfondi des éléments nécessaires à la préparation de ce partenariat
  • proposer des actions concrètes en vue de l’exploitation pédagogique des expositions
  • amener des pistes d’exploitation que les enseignants peuvent utiliser en amont et en aval de leur visite

Ainsi,ce dossier propose des pistes de lecture pour découvrir l’exposition« Backstage » de Manuela Marques présentée du 6 décembre 2014 au 15 février 2015. Ces axes de réflexion, conçus dans la perspective d’une éducation du regard et d’un accès à la culture, permettent d’envisager une mise en dialogue avec des œuvres et des démarches dédiées à la photographie et à d’autres domaines artistiques.

 


 

Invitation aux musées 2015 / Collections-collectionneurs 

Partez à la rencontre des ressources artistiques, culturelles et éducatives des musées de la région Nord – Pas de Calais ! « L’invitation aux musées » vous permet de découvrir gratuitement les collections de trois musées de la région en compagnie d’acteurs culturels.

Cette opération est proposée chaque année aux enseignants et futurs enseignants par Canopé, académie de Lille et la Fédération régionale des Amis des musées du Nord - Pas de Calais.

  • Musée départemental Matisse du Cateau-Cambrésis > Mercredi 4 février 2015.
  • Musée des beaux-arts de Tournai > Mercredi 18 mars 2015.
  • Musée de l’hôtel Sandelin de Saint-Omer > Mercredi 22 avril 2015

    Ce stage est limité à une trentaine de candidats. Les personnes désireuses de participer à ce stage devront s’engager à assister aux trois journées.

    Le repas de midi est aimablement offert aux stagiaires par la Fédération régionale des Amis des musées du Nord - Pas de Calais.

Plus d’informations

Programme détaillé et fiche d'inscription papier

Inscription en ligne  

 

 Date limite d'inscription : 30 janvier 2015

 


Des animaux et des pharaons. Le régne animal dans l'Egypte ancienne / Musée du Louvre-Lens / 5 décembre 2014 > 9 mars 2015 

Les Egyptiens se sont emparés des animaux pour exploiter de diverses manières les images symboliques que chacun d'entre eux véhicule. C'est ainsi que la figure animale devient l'élément multiple d'un langage codé, qui peut être rédigé ou représenté. Elle constitue à ce titre un pilier de la pensée religieuse égyptienne. Elle est aussi une source infinie d'inspiration et suscite une production artistique d'une richesse et d'une variété exceptionnelles.
A la fois pédagogique et esthétique, l'exposition proposera au visiteur une double approche : l'acquisition de connaissances et la délectation. Le parcours, structuré en neuf sections thématiques, offrira une progression logique, depuis la simple perception matérielle de créatures réelles évoluant dans leur milieu naturel, jusqu'à la transposition de leurs multiples figures dans le langage codifié de la pensée égyptienne, qu'elle soit religieuse, funéraire ou politique... (COMMISSAIRE DE L'EXPOSITION : Hélène Guichard, Conservateur en chef au département des Antiquités égyptiennes du musée du Louvre.)

Journée portes ouvertes enseignants le mercredi 10 décembre                                                                   (gratuité exceptionnelle sur présentation du Pass Education)                                                          

  • 9.30 et 14.00 : Visistes d'initiation à l'exposition avec les médiateurs du musée (sur réservation)
  • 10.15, 10.45 et 15.30 : Présentation du Mastaba (sur réservation)
  • 11.30 et 16.00 :  Présentation des pistes pédagogiques (sur réservation)
  • De 9.30 à 17.00 : Rencontres avec les enseignants missionnés


Réservation : 03 21 18 62 62

Invitation


Donation Dewasne - LAAC / DUNKERQUE  
15 novembre 2014 > 15 février 2015

Dans le cadre d’une importante donation d’œuvres de Jean Dewasne (1921-1999) faite à l’Etat par sa veuve, le LAAC a reçu un ensemble significatif d’œuvres de cet artiste originaire du nord de la France. Cet ensemble vient compléter la collection du musée.

Les quinze peintures, sculptures, antisculptures, dessins ou estampes, rendent compte de la démarche de Jean Dewasne, artiste phare de l’Abstraction géométrique, qui a conçu un œuvre d’une puissante modernité où se conjuguent arts plastiques, architecture, musique, industrie…

Deux salles viennent en écho à la présentation de la donation. La première réunit des œuvres d’art abstrait géométrique d’artistes proches de Jean Dewasne comme César Domela, Guy de Lussigny ou Jean-Jacques Deyrolle ; la seconde des œuvres qui évoquent le monde de l’industrie telles Compression de voitures de César, Car Crash d’Andy Warhol ou encore la Trabant de Hollevout.

Présentation de l'exposition par Marc  Trotignon et Nicolas Declercq (enseignants détachés)
les mercredis 19 et 26 Novembre 2014 de 15.00 à 17.00