Aller au contenu. | Aller à la navigation


Outils personnels

This is SunRain Plone Theme
Vous êtes ici : Accueil / ressources / l'être lieu

l'être lieu

Association fondée par des professeurs et des étudiants qui se propose de développer une programmation culturelle dans les anciens ateliers techniques du Lycée Carnot d’Arras réhabilités en Centre Culturel...

L'être lieu

Cet espace de 800 m2, situé au centre des espaces d’enseignements, permet de promouvoir les cultures contemporaines dans leurs diversités : art contemporain, danse, théâtre, littérature, philosophie, cinéma, concerts...
Directement accessible aux étudiants, cette programmation culturelle est aussi ouverte au public. La réalisation par les étudiants du journal de l’association se veut le témoignage de cette rencontre dynamique de l’enseignement et des cultures actuelles. Et si on rêvait d’une école qui s’ouvrirait à un art contemporain et qui se transformerait à son contact ? Et si on pensait à un lycée qui serait aussi un réel lieu culturel ouvert au monde ? Et si on imaginait un lieu chrysalide, un espace qu’il s’agirait de faire éclore au gré d’expériences artistiques inédites et originales ? Voilà l’audacieux pari relevé par l’Association L’Etre Lieu : créer un territoire double, un lieu d’enseignement et un espace culturel qui se nourrissent l’un l’autre. Comme son nom l’indique, L’Etre Lieu se propose ainsi de repeupler un lieu chargé d’histoire, les anciens ateliers techniques du lycée Carnot, en plein centre-ville d’Arras. Ce sont 800 m2 de locaux ouverts, généreux, prêts à accueillir et à faire fleurir une culture contemporaine, actuelle et vivante mise à la portée de tous. 

Mais pour L’Etre Lieu, le lieu est un être à part entière ; il ne s’agit pas d’ouvrir un musée ou de proposer une structure culturelle déjà vue. Le lieu a pour vocation d’agir sur les artistes qui l’occupent en résidence et qui le font évoluer au gré de ce que l’espace leur inspire. C’est pourquoi L’Etre Lieu ne peut être qu’un territoire éclectique, susceptible d’accueillir toutes les formes d’art contemporain, des arts plastiques au théâtre, à la danse ou à la musique.

Et parce que depuis Socrate la culture passe aussi par le dialogue, le lieu accueille des conférences, des rencontres, des rendez-vous du soir et du savoir; né sous le double patronage de la culture et de l’enseignement, L’Etre Lieu assume ainsi pleinement sa vocation pédagogique. L’association réunit des professeurs, des lycéens et des étudiants en classes préparatoires aux grandes écoles qui accompagnent tous les processus de création : médiateurs culturels auprès du public, ils sont rédacteurs pour le journal et bénéficient d’une expérience formatrice et d’un contact immédiat et quotidien avec une culture vivante.

Chaque visiteur emportera avec lui un peu du lieu, sous la forme d’un journal de curiosités, à la fois programme et bilan, témoignage esthétique d’une aventure qui engage aussi des partenaires culturels de la région, comme le musée des Beaux-Arts d’Arras, le théâtre ou le Louvre-Lens.

Un lieu pour tout le monde qui propose de vivre sa mémoire maintenant et au présent. Une aventure artistique inédite, un lieu, des êtres.


L'être lieu #8 / Sous influences

À L’être lieu, P-Y. Bohm s’est prêté pendant les trois mois de sa résidence à un travail d’initiation et de création d’"objets-amulettes" avec les étudiants de l’option arts plastiques de la classe préparatoire aux grandes écoles du lycée Gambetta-Carnot.
Ce travail collectif qui s’est développé « sous son influence » questionne l’intime à travers une production en série. Cette démarche artistique vise à être « au plus près de la charge d’un contenu » dira Pierre-Yves Bohm qui présentera tous ces objets secrets dans une installation in situ, au coeur de l’espace Bizet, lieu de vie des étudiants de la cité scolaire.

Au musée, la résidence a pris la forme d’entretiens avec P-Y. Bohm menés autour de son itinéraire artistique et personnel qui ont abouti à une sélection d’oeuvres et de documents particulièrement significatifs. Les notions de l’intime et de l’influence sont au coeur de cette proposition qui se veut aussi subjective que poétique.

L’exposition regroupe une quarantaine d’oeuvres retraçant les sources d’inspiration, les événements et les rencontres artistiques et humaines qui ont motivé, infléchi, conforté son oeuvre.

Elle aborde le contexte culturel des années 1970, le renouvellement des techniques picturales ainsi que l’engagement personnel et politique de l’artiste. Les oeuvres de P-Y. Bohm sont mêlées à des prêts prestigieux d’artistes du XXe siècle (G. Baselitz, R. Opalka, E. Leroy...) ainsi qu’à des oeuvres littéraires, sonores, et plastiques des collections municipales.


Carnet #1 (En)quête de résidence / Enquêtes Ordinaires

"Enquêtes ordinaires" est un projet de nature expérimental mêlant art et sociologie dans l'objectif d'explorer des dialogues, aussi multiples soient-ils.


L'être lieu #7 / En métamorphoses

La vie est métamorphose permanente, mouvement perpétuel. Les métamorphoses artistiques de Moussa Sarr s'offrent comme des jeux « récréatifs », aux premiers abords amusants, ils en deviennent cruellement efficaces dans la levée de préjugés. Pour Moussa Sarr, se filmer ou se photographier, c'est « tuer son ego ». Il sait qu'être soi-même ne peut rien signifier. Le jeu de la comédie lui permet alors de faire semblant pour dé-jouer des projections sociales - plus ou moins conscientes, plus ou moins raisonnées - face à l'altérité. Esthétiques, caricaturales, défigurantes, terrifiantes ou risibles, les métamorphoses physiques de Moussa Sarr sont toujours des autoportraits qui transfigurent notre société...

autour de Moussa Sarr du 22 janvier au 12 février 2015

L’être lieu / Arts Contemporains Arras 21 Boulevard Carnot - 62000 ARRAS 
Du jeudi 22 janvier au jeudi 12 février 2015 / Exposition de Moussa Sarr dans le cadre de sa résidence artistique. 

Vernissage : Jeudi 22 janvier à 18h / Visites guidées de l’exposition du lundi au vendredi de 18h à 19h 

Musée des Beaux-Arts d’Arras 22 rue Paul Doumer - 62000 ARRAS
Du samedi 24 janvier au lundi 23 mars 2015

Exposition de Moussa Sarr dans le cadre de sa résidence au Musée.

Vernissage: Vendredi 23 janvier à 18h30 


consultez l'être lieu#6...l'être lieu #6 / en chantier

"Le bricoleur est apte à exécuter un grand nombre de tâches diversifiées ; mais, à la différence de l’ingénieur, il ne subordonne pas chacune d’elles à l’obtention de matières premières et d’outils conçus et procurés à la mesure de son projet : son univers instrumental est clos, et la règle de son jeu est de toujours s’arranger avec les « moyens du bord », c’est-à-dire un ensemble à chaque instant fini d’outils et de matériaux, hétéroclites au surplus, parce que la composition de l’ensemble n’est pas en rapport avec le projet du moment, ni d’ailleurs avec aucun projet particulier, mais est le résultat contingent de toutes les occasions qui se sont présentées de renouveler ou d’enrichir le stock, ou de l’entretenir avec les résidus de constructions et de destructions antérieures.
L’ensemble des moyens du bricoleur n’est donc pas définissable par un projet (ce qui supposerait d’ailleurs, comme chez l’ingénieur, l’existence d’autant d’ensembles instrumentaux que de genres de projets, au moins en théorie) ; il se définit seulement par son instrumentalité, autrement dit, et pour employer le langage même du bricoleur, parce que les éléments sont recueillis ou conservés en vertu du principe que « ça peut toujours servir ».
De tels éléments sont donc à demi particularisés : suffisamment pour que le bricoleur n’ait pas besoin de l’équipement et du savoir de tous les corps d’état, mais pas assez pour que chaque élément soit astreint à un emploi précis et déterminé. Chaque élément représente un ensemble de relations, à la fois concrètes et virtuelles ; ce sont des opérateurs, mais utilisables en vue d’opérations quelconques au sein d’un type."
Claude Levi-Strauss – La pensée sauvage – edition PLON - 1960


l'être lieu / Miet Warlop en chantier / 26 mai > 5 juin 

21 bd Carnot - Cité scolaire Gambetta Carnot - ARRAS

Une œuvre en cours. Vernissage le 26 mai à 18.00

Lundi 26 mai workshop de Miet Warlop ouvert au public à 18.00

Mardi 27 mai workshop de Miet Warlop ouvert au public à 18.00

Mercredi 28 mai workshop de Miet Warlop ouvert au public à 18.00

Le programme


l'être lieu #5 / en coulisses

"A l’image d’une poupée gigogne qui en cacherait beaucoup d’autres, toujours inattendues, le travail de Patrick Devresse propose des écarts esthétiques et le photographe se délecte même, avec une certaine malice, dans l’épreuve contemporaine. Dans le cadre du projet de résidence artistique à L’être lieu, son défi fut double : présenter une rétrospective de ses trente dernières années de photographies et produire deux créations en écho, une pour le musée des Beaux-Arts et une autre pour le centre culturel de la cité scolaire Gambetta-Carnot.
Lors de ce cinquième évènement de L’être lieu, il fut invité à révéler quelques secrets en coulisses. Finalement, cette thématique, qu’il impulsa, devint un enjeu introspectif, mettant en lumière ses propres coulisses artistiques : celles de son passé, qui l’engageaient à réfléchir à sa rétrospective, et celles de son présent, qui l’invitaient à considérer la contemporanéité de sa démarche.
Car si Patrick Devresse s’obstine depuis longtemps dans la photographie et qu’il ne semble jamais rassasié d’images, c’est qu’il se pose les mêmes questions, sous des points de vue multiples.
Reste à définir ce qu’on entend par l’épreuve contemporaine. Nous pourrions la définir par cette grande part de porosité, de contingence et de contiguïté entre l’artisan photographe et le plasticien. Sa pratique artistique cultive les chevauchements, les frottements et le potentiel fictionnel de ces images pour y sonder à nouveau la question du sujet..."
Grégory Fenoglio


l'être lieu #5 / en coulisses

Festival / expositions et conférences / ARRAS
10 février > 21 février 2014

 

Trois lieux d'exposition

  • l'être lieu / 21, Bd Carnot / Cité Scolaire Gambetta 62000 ARRAS 
    du lundi au vendredi de 17.00 à 19.30
  • Musée des Beaux Arts / 22, rue Paul DOUMER 62000 ARRAS
    lundi, mercredi, jeudi et vendredi de 11.00-18.00
    samedi et dimanche de 8.30-18.00
  • Office Culturel / 61, Grand Place 62000 ARRAS
    lundi 15.30-18.30 
    mardi au vendredi 10.00-12.00 et 15.00-18.30
    samedi 10.00-12.00 et 15.00-18.00

 


 

l'être lieu #4 / à distance / novembre 2013

"Une première rencontre avec Véronique Béland en novembre 2012 et sa participation à l’inauguration de L’être lieu, autour du thème de la « curiosité », nous avaient permis de découvrir et de rêver son projet de littérature extraterrestre. L’artiste nous avait évoqué son œuvre This is Major Tom to Ground Control qu’elle venait de réaliser au Fresnoy (Studio national des arts contemporains, Tourcoing). Cette œuvre fut exposée dans divers lieux d’Europe et revenait pour la première fois, depuis un an, vers sa conceptrice. Le temps de la résidence à laquelle nous l’invitions lui offrait l’opportunité de découvrir les textes générés par cette installation, pour la première fois. Au cours de ce mois de septembre 2013, environ deux cent cinquante livres furent livrés, non sans peine, dans une très lourde malle métallique. Véronique découvrait un trésor. Elle redevenait inventeur des mots et du poids de son univers artistique. Nous souhaitions en savoir plus et accompagner la découverte de ce langage du cosmos qui donne une forme textuelle et sonore à des informations invisibles. Cette voix spectrale, sans identité, simulacre d’une présence, s’exprime en s’adaptant aux modes conventionnels de notre langage. 
Nous étions témoins, et parfois acteurs, de cette exploration des livres. Mûe par une pulsion de curiosité devant sa boîte de pandore, l’artiste ne cherchait pas, elle trouvait. Réincorporant son identité dans l’universalité d’un langage « irresponsable » puisqu’il n’engage pas celui qui l’énonce. Mais le paradoxe est sublime : ce langage n’est pas vide de contenus. C’est précisément ce qui nous fascine dans cette installation. Elle est une œuvre qui explore un mythe technologique (l’espace, l’au-delà) et nous permet d’investir nos désirs et nos croyances. Cette fascination conduira ainsi l’artiste à plonger dans cette malle avec le désir de rencontrer les identités flottantes de ces langages collectifs. Mais cette quête de lecture devint épuisante et presque performative. Comment tout lire ? Ce projet parut vain et bien dérisoire au regard de l’immensité de la tâche que l’artiste s’était fixée: inventaire, archivage, relevés des livres disparus, dysfonctionnements mécaniques, informatiques ou humains, traces de doigts... Dès le premier jour de résidence, intuitivement, l’artiste photographia son épreuve, puis méthodiquement, jour après jour, d’un point de vue unique, révélant a posteriori sous une forme prémonitoire que ce travail d’inventaire était voué à l’échec. Ainsi, l’image produite, par la superposition de toutes ces photographies quotidiennes, témoigne, d’une mise « à distance» de cette mythologie programmée."
Grégory Fenoglio

 


l'être lieu #3 / autour des corps (in)carnation / juin 2013

"Par son « action de prendre un corps », l’étymologie du mot incarnation (du latin incarnatio) révèle un processus de visibilité. Ainsi, ce thème peut aussi se lire comme la métaphore du projet artistique et d’enseignement que nous explorons à l’être lieu.
Si le premier journal s’intéressait à la curiosité, c’est que celle-ci nous permettait de découvrir et de nous approprier la mémoire d’un atelier devenu un centre culturel au sein d’un établissement scolaire. L’intervention sonore de Véronique Béland proposa l’écoute poétique de la puissance d’infini de ce thème. Le second journal sur la hantise lui succéda, en réveillant les fantômes du lieu à travers les obsessions de l’artiste invité Janusz Stega.
A présent, l’incarnation révèle notre désir de développement et de prendre corps culturellement et artistiquement. Nous y sommes aidés par de réjouissantes rencontres avec le musée des Beaux-arts d’Arras et le Festival Latitudes Contemporaines. Dans les deux cas s’invente un partenariat qui permet aux artistes invités, Mâkhi Xenakis (artiste plasticienne) et Nadia Beugré (danseuse), de connecter les évènements et les lieux. Mâkhi Xenakis, en exposant une série de sculptures propose un dialogue inattendu avec les collections et les espaces du musée tandis que la chorégraphe d’origine ivoirienne réinvente dans
l’espace Bizet son spectacle « Quartiers libres ». Nous espérons que ces deux partenariats soient propices à l’invention d’autres expérimentations artistiques.
Ainsi nous définissons notre projet comme un laboratoire des pratiques artistiques portant un regard intime sur le monde qui nous est contemporain, au carrefour de l’enseignement et de la création..." 
Gregory Fenoglio


l'être lieu #2 / autour de la hantise et de l'obsession / mars 2013

"Au cours du mois de décembre, j’ai rencontré Janusz Stega dans son atelier à Lomme. Je ne me doutais pas alors que l’artiste viendrait hanter nos esprits et nos pratiques pédagogiques, jusqu’à devenir le sujet d’obsession de ce journal. Après avoir travaillé plusieurs années dans cet atelier, il se préparait à le quitter. nettoyé et rangé, le déménagement était imminent. l’espace changeait de fonction pour quelques jours encore, les œuvres s’exposaient une dernière fois dans le lieu qui les avait vu naître. L’invitation à participer à une résidence artistique trouva chez lui un enthousiasme immédiat puisque l’artiste aspirait à devenir un « artiste sans atelier ». Il en était pour lui d’une libération. Car s’il avait fait pousser sa peinture pendant des années, dans une précise application matérielle afin de créer ses volumes de mémoires au rythme de la nature ; il souhaitait désormais s’échapper de ce systématisme qu’il qualifiait à présent de pratique d’«ouvrier»
.../... A l’image d’une nature massacrée qui reprend progressivement le chemin de son harmonie, des histoires ont repris « corps ». Du refoulement de l’image, patiemment opéré par les stratifications de peintures, il se libéra de son atelier mais pour hanter le nôtre. Janusz Stega se souviendra de l’atelier « mécanique » dans lequel on décida pour lui qu’il soit élève «ouvrier» à son arrivée en France, ce lieu ressemblait beaucoup à celui qu’il investissait à présent en construisant une maison... sans doute hantée..." 
Gregory Fenoglio


l'être lieu #1 / autour de la curiosité / novembre 2012

"Qu’est-ce que la curiosité ? Son titre l’indique d’emblée en une sorte de clin d’œil amusant, le petit essai d’Annie Ibrahim ne traite pas d’un thème ou d’un sujet parmi d’autres, mais entend se situer en amont de ce moment où nous nous intéressons à quoi que ce soit, en examinant au plus près la nature de ce mystérieux désir, tendance ou élan, par lequel nous nous rendons à une conférence, allons au musée, entreprenons la lecture d’un livre, sans pourtant savoir, à chaque fois, par définition, ce que nous allons y rencontrer. “Curiosité“ : à travers un parcours précis et instruit dans l’histoire de la philosophie, Annie Ibrahim s’emploie à élucider patiemment la signification de ce terme à la fois familier et ambigu. Ce faisant, il ne s’agit pourtant pas pour elle de faire (uniquement) œuvre d’érudition, mais d’éclairer un des aspects fondamentaux de notre condition, et peut-être aussi, plus que jamais, de notre époque. En son sens profond, la curiosité est, selon Annie Ibrahim, désir de transgression. Elle refuse toute limite, comme toute injonction ou toute autorité, à commencer par celles de la réalité, à l’instar de la curiosité utopique qui donne forme à d’autres mondes que le nôtre. La curiosité est par là indissociable d’un risque, celui d’aller voir au-delà, d’explorer les marges, loin de tout repère et de toute norme, à la manière de ces “étonnants voyageurs“ de Baudelaire, évoqués par Annie Ibrahim au seuil de son ouvrage, qui sont littéralement traversés du désir de “plonger au fond du gouffre“, “au fond de l’Inconnu pour y trouver du nouveau“ (voir Baudelaire, “Le Voyage“, dans Les Fleurs du mal)..." 
Arnaud Bouaniche Professeur de philosophie en classes préparatoires Lycée Gambetta Carnot - Arras